Des orgasmes écolos pour sauver la planète

Contrairement à beaucoup de sex-shops, on peut tout toucher, chez Other Nature.

360° No.116 / mai 2012

» Abonnez-vous

» Commande au numéro

Pas de vitres fumées, pas de rideaux en perles. Vu de l’extérieur, le sex-shop berlinois Other Nature pourrait presque passer pour une boutique de déco bobo, avec ses grandes vitrines encadrées de bois couleur crème, ses meubles chinés garnis d’objets multicolores. On trouve pourtant à l’intérieur l’attirail typique d’un sex-shop: pléthore de sextoys, accessoires SM et lubrifiants à la pelle.

À une – grande – différence près: la majorité des produits vendus ici sont vegan, c’est-à-dire qu’ils ne contiennent aucune matière d’origine animale. Les harnais et autres parures SM sont en simili-cuir, et le magasin propose une gamme de fouets en caoutchouc de récup’ réalisés par l’artiste berlinoise Anton Blume. Les lanières sont découpées dans des chambres à air de vélo, les manches sont tantôt ceux d’une raquette de badminton, d’un écrase-purée ou encore un tronçon de flûte à bec. On peut aussi s’y procurer des préservatifs vegan, dont le processus de fabrication est exempt de caséine, une protéine de lait. «On fait très attention à la façon dont sont fabriqués les produits qu’on achète. On demande aux fabricants où ils sont produits, avec quels composants. Nous travaillons avec des fournisseurs au Canada, en Amérique et en Europe, tout en essayant d’acheter beaucoup de produits sur place, ce afin de soutenir les fabricants locaux», explique Anne Bonnie Schindler, 31 ans, copropriétaire du magasin qu’elle a ouvert à l’automne dernier avec son associée, Sara Rozenhider.

100% silicone

Le plastique n’a également pas le droit de cité chez Other Nature: «Depuis des décennies, l’industrie du sexe produit des sextoys en Chine avec des produits chimiques extrêmement bon marché, des plastiques toxiques. Nous ne travaillons qu’avec des produits haut de gamme et sains, 100% en silicone», explique Anne Bonnie Schindler.«Le silicone a l’avantage d’être hypoallergénique et non-poreux, donc un nettoyage à l’eau et au savon suffit pour éliminer les bactéries éventuelles. On n’a pas besoin d’utiliser les sprays nettoyants chimiques comme pour les sextoys en plastique. Et quand il n’y a pas de moteur à l’intérieur, on peut même le faire bouillir pour le désinfecter.» À côté des vibromasseurs fait-main et des anneaux pelviens, la boutique propose aussi une gamme de godemichés en verre blindé aux formes imaginatives.

Contrairement à beaucoup de sexshops, on peut ici tout toucher. «En général tout est emballé sous plastique et accroché au mur, on ne peut pas manipuler les produits ni les sentir, donc on ne peut pas savoir vraiment ce qu’on achète», explique Anne Bonnie Schindler, qui a elle-même été vendeuse dans un sex-shop classique avant d’ouvrir sa propre enseigne. Au-dessus de l’étagère contenant les lubrifiants, elle a accroché un tableau indiquant à la fois la composition, le goût et l’odeur de chaque produit.

Médiathèque

Le sex-shop revendique une étiquette queer, garantissant «une compréhension absolue envers la transsexualité, l’homosexualité et l’intersexualité». Son associée, Sara Rozenhider, qui a travaillé cinq ans pour la chaîne canadienne de sex-shop féministes et lesbien Venus Envy, apporte beaucoup de son savoir-faire dans le conseil à la clientèle. «On veut pouvoir parler de sexe avec les gens, comprendre quels sont leurs désirs, leurs peurs, leurs souhaits», explique Anne Bonnie Schindler.

L’arrière-boutique a été aménagée en médiathèque. Confortablement assis dans un fauteuil, on peut feuilleter des magazines et des fanzines internationaux LGBT, boire une tasse de thé ou savourer des cup-cakes vegan, qui ne contiennent ni oeufs ni beurre ni lait. Dans la petite bibliothèque s’entassent pêle-mêle ouvrages théoriques queer, manuels pratiques et beaux livres. Les propriétaires du lieu ont également constitué une vidéothèque porno alternative, où les productions féministes tiennent le haut de l’affiche.

Se voulant plus qu’un lieu de commerce, Other Nature accueille également deux workshops par mois, sur des thèmes aussi variés que «jalousie dans les relations polyamoureuses», «Point G», «bondage pour débutants», «sexe en toute sécurité entre femmes»… Et prête ses murs à des artistes de la bouillonnante scène queer berlinoise, qui y exposent photographies et peintures. Une étape incontournable lors d’un week-end à Berlin.

Other Nature, alternative Sexladen, Mehringdam 79, 10965 Berlin www.other-nature.de

Tags: , , , , , (voir l’index)

Article source: http://360.ch/blog/magazine/2012/04/des-orgasmes-ecolos-pour-sauver-la-planete/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by Rencontre transexuels.